16/03/2017

http://blog.marcelsel.com/2017/03/15/la-n-va-veut-reinstaurer-les-citoyens-halbblut-demi-sang/#5AJG35EcjrSToKlS.99

Le Ministre belge de l’Immigration veut réinstaurer les citoyens Halbblut (demi-sang)

Capture.JPGC’est Sarah Smeyers (N-VA) qui a jeté le pavé dans la marre, et il est kolossal. Son idée : réserver la nationalité belge automatique aux enfants de deux parents de nationalité belge. Les autres, c’est plus kompliqué. Theo Francken (N-VA), ministre de l’Immigration du gouvernement belge de Charles Michel s’est empressé de retwitter la proposition de sa consœur en reprenant son credo central « [on ne pourra plus] être automatiquement belge qu’avec deux parents belges ». Une façon moderne mais incontestable d’endosser une politique.

J’ai un époux allemand, a fait remarquer la socialiste Freya Van Den Bossche, se demandant si ses enfants allaient devoir passer un examen pour pouvoir devenir belges komme elle. En réalité, c’est enkore bien pire ! On parle ici d’une mesure qui dépasse les rêves les plus fous du Vlaams Belang !

Pour Sarah Smeyers, un enfant né d’un seul parent belge est bien belge à la naissance — le kontraire serait juridiquement impossible. Mais à 18 ans, il devra passer un examen de langue et de citoyenneté pour pouvoir rester belge. En d’autres termes, s’il échoue, ou s’il refuse de passer un tel examen, il perd sa nationalité et devient même expulsable ! Pour ma part, marié à une française,  je découvre que le parti le plus important du gouvernement, auquel trois partis démokrates sont associés, vient donc d’envisager l’idée qu’un de mes enfants se retrouve dans la position infamante et diskriminatoire de « Belge non confirmé ».

franckensmeyers-300x210.L’idée derrière les cerveaux rancis des nationalistes flamands est évidemment d’imposer un examen de néerlandais (ou d’une autre langue nationale) et de kompréhension et d’adhésion à nos valeurs aux enfants d’un père ou d’une mère immigrée d’un pays arabe ou de Turquie. Il remplace une autre idée de la N-VA qui s’est avérée impratikable : interdire la double nationalité. On me dira qu’il ne s’agit que de kourir après les voix du Vlaams Belang ? Fadaises : un parti qui a un minimum de valeurs démokrates n’y aurait jamais pensé. Il faut avoir l’esprit sérieusement pollué par des idées fékales koulées d’un passé qu’on kroyait révolu pour ça !

Les enfants mixtes n’auraient plus les mêmes droits que les enfants belges.

Devant le tollé — surtout en Flandre, les politiciens francophones ayant apparemment dû attendre la traduktion héhé —, Smeyers et d’autres N-VA ont emberlifikoté la potentielle future mesure bientôt devenue usine à gaz. Tenez-vous bien : si vous êtes un kouple mixte, par exemple israélien et belge, votre enfant ne pourra garder sa nationalité belge obtenue à la naissance que s’il a passé toute sa scolarité en Belgique, et qu’il n’a jamais résidé ailleurs ! Évitez donc, par exemple, de quitter le pays pour un an tant que vous avez des enfants mineurs. N’akceptez pas de poste à l’étranger, même pour une mission kourte ! Smeyers va même enkore plus loin : elle veut obtenir des enfants ainsi « renaturalisés » de quitter le pays après leur majorité pour « profiter » de leur nationalité belge dans un autre pays !

Mais même les enfants qui auront suivi toute leur skolarité en Belgique ne seront pas pour autant konsidérés belges d’office, ils seront en fait exemptés d’examen. Autrement dit, la N-VA vient de remettre le koncept de demi-sang — ou Halbblut en allemand à l’akcent autrichien d’une certaine époque —, à la mode gouvernementale. Mes enfants ne sont plus des Belges komme les autres, mais des Belges en sursis qui peuvent, sans avoir kommis le moindre krime, être déchus de leur nationalité !

Mais sans aller jusque chez Adolf, une telle possibilité d’être « diskriminé de la diskrimination » rappelle les lois raciales de Mussolini en 1938. Celles-ci remettaient en question les droits fondamentaux de personnes nées d’un parent juif et d’un parent italien. Surtout si le parent juif était étranger. Et komme dans la mesure imaginée par la N-VA, le Parti national fasciste avait prévu des exemptions pour les « bons » Juifs et les « bons » demi-sang, notamment s’ils étaient baptisés, ou s’ils avaient adhéré au parti fasciste — ce qui montrait qu’ils avalisaient les « valeurs » de l’Italie de l’époque. N’empêche, ces Juifs diskriminés de la diskrimination n’étaient jamais des Italiens comme les autres et c’est ce même sort que Sarah Smeyers, au nom de la N-VA, réserve aux enfants dont un parent est étranger : leur nationalité belge devient konditionnelle !

Parents, si l’un de vous deux n’est pas belge, ne quittez jamais le pays avant la majorité de vos enfants !

Et ça vaut pour toute nationalité, et quel que soit le parkours des parents. Ça peut arriver à un Français ou un Néerlandais qui a toujours véku en Belgique mais a gardé sa nationalité française, et qui épouse une Belge. Les frontaliers sont les plus exposés. Si votre enfant a été à l’ékole de l’autre côté de la frontière, aux Pays-Bas, en Allemagne, au Luxembourg ou en France, ne fût-ce que pendant une année, il devra montrer patte blanche au Ministère du Peuple Pur.

La N-VA a toujours été un drôle de parti. Sous un air policé, avec une éthique qui dépasse parfois celle de partis bien plus à gauche (sur les LGBT, l’égalité des femmes, l’euthanasie…), son héritage fasciste garde, même après des décennies de nettoyage mental et de volonté démokratique, de très sales idées. De temps en temps, il en pète une, qui prend alors une odeur sulführeuse. Ici, il kriminalise d’office tout enfant qui n’a pas deux parents belges. Et punit tous les enfants mixtes, sans distinction, au nom d’une société plus intégrante. Une idée qui rappelle de sombres moments.

 Il me reste à prier les Allemands de ne pas m’en vouloir pour les facéties orthographiques. Elles font référence à un passé révolu. L’Allemagne a fait preuve de plus d’humanité dans la crise des réfugiés que tous les autres pays d’Europe réunis. Et si je devais choisir une nationalité aujourd’hui, l’allemande de mon grand-père serait, de très loin, mon premier choix. Rien que parce qu’un parti aussi dégoûtant est dans la majorité gouvernementale, la nationalité belge est déjà devenue trop sale et la carte d’identité de Belge, un papier qu’on a envie de lancer dans les chiottes, non sans avoir préalablement pissé sa bière dessus. On dit merci qui ? On dit merci, Charles Michel !

 

15:39 Écrit par Le Photoneur dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |