22/07/2015

Grèce : quand la presse allemande dérape...

La Tribune (Par Romaric Godin)                   

 

Le quotidien allemand Die Welt a publié une attaque contre la Grèce jugée responsable de la destruction de l'ordre européen depuis... 1821. Sans échapper aux explications douteuses.
 1016779_10151718128742235_732102275_n.jpg


Die Welt est un journal allemand connu pour son conservatisme. Très proche de la CDU, ce quotidien fait partie du groupe Springer qui détient également le puissant et très populiste Bild Zeitung. Die Welt est, en quelque sorte, le pendant « respectable » de Bild, mais il développe souvent des idées similaires. Die Welt est ainsi assez souvent italophobe, très volontiers francophobe et évidemment absolument mishellène. Il vient d'en donner encore voici quatre jours un exemple flagrant dans un article qui émeut les réseaux sociaux en Grèce et en Europe.

Destructeurs du bel ordre européen

L'article  est titré : « la Grèce a déjà détruit une fois l'ordre européen » et il évoque la guerre d'indépendance grecque, guerre qui dura huit ans de 1822 à 1830 et qui permit la naissance du royaume de Grèce après quatre siècles de domination ottomane. L'auteur semble regretter le fait que cette insurrection populaire, d'abord rudement réprimée par le Sultan, puis finalement victorieuse grâce à l'aide franco-russo-britannique, a détruit le système mis en place par le chancelier autrichien après la chute de Napoléon, lors du Congrès de Vienne, en 1815. Comme le rappelle l'auteur, Metternich avait mis en place en Europe un système de répression de toutes les révolutions d'une grande violence. En Italie, une tentative de révolte avait été écrasée en 1821. En Espagne, la France envoyait 100.000 hommes (« les 100.000 fils de Saint-Louis ») détruire les Cortès de Cadix. Mais le soulèvement grec fut permis et, mieux, soutenu par les puissances. Or, selon Die Welt, il détruisit l'ambition de Metternich d'une « paix éternelle. » Car, explique l'auteur, la victoire de la révolution grecque a conduit à ce que, en 1830, « la France, l'Italie et la Pologne soient à leur tour secouées. »

Les Grecs, agents du chaos ?

Cette vision est assez hardie. Car l'ordre de 1815 a, en réalité, duré jusqu'en 1848. Surtout, c'était un ordre honni par les peuples, un ordre militaire et réactionnaire qui niait l'apport de la révolution française sur le vieux continent. L'auteur pourrait lire quelques pages de Stendhal, par exemple, dans la Chartreuse de Parme, pour s'en convaincre. Il y découvrira ce qu'était la violence quotidienne de son ordre européen. Un ordre qui ne se maintient que par la violence est un ordre précaire, et le conservatisme de Die Welt semble parfois l'aveugler. Les Grecs ont donc plutôt rendu service à l'Europe en rejetant cet ordre.

Du reste, la Grèce chrétienne fut soutenue par les défenseurs de l'ordre européen avant de l'être par la gauche d'alors. Les Romantiques qui, alors, rêvent de noblesse et de chevalerie (qu'on s'en convainque par la lecture de l'ode à Charles X de Victor Hugo) ont été les principaux défenseurs des Grecs. L'argument des Grecs perturbateurs ne tient pas en réalité. L'auteur oublie évidemment de rappeler que la Grèce indépendante a été rapidement mise au pas par les Puissances qui ont supprimé sa constitution libérale et mis sur le trône un souverain bavarois de 18 ans avec les pouvoirs absolus ! Etrange victoire du chaos...

La faute du philhellénisme

Mais le pire n'est pas là, selon le quotidien allemand. Le pire, c'est la victoire du « philhellénisme. » Le soulèvement grec avait provoqué dans toute l'Europe un élan de solidarité pour les Grecs révoltés. Les intellectuels de l'époque avaient massivement pris fait et cause pour l'indépendance hellénique. Il en est resté quelques chefs d'œuvre : l'invocation pour les Grecs de Lamartine, quelques pages des mémoires d'Outre-Tombe, des poèmes de Byron, mort à Missolonghi en combattant avec les Grecs ou encore les Massacre de Chios de Delacroix. Or, pour Die Welt, voici l'erreur de l'Europe, la vraie. « La victoire du philhellénisme a renforcé encore des idéaux humanistes trompeurs. La représentation selon laquelle les Grecs modernes sont les descendants de Périclès ou Socrate et pas un mélange de Slaves, de Byzantins et d'Albanais, a été pour l'Europe érigée en credo. (...) C'est pour cela qu'on a accepté les Grecs fauchés dans le bateau européen en 1980. On peut en admirer chaque jour les conséquences. »


Bref, Die Welt ne se contente pas de regretter la victoire de l'insurrection grecque qui a détruit ce si bel ordre du Congrès de Vienne, il estime que la composition ethnique de la Grèce moderne la disqualifiait pour entrer dans l'Union européenne. C'est une injure au peuple grec, bien conscient qu'il n'est pas le peuple de l'Antiquité, mais qui tient à la fierté d'en être le descendant, même « impur. » Le terme « byzantin » utilisé dans le « mélange » de Die Welt est assez ambigu. Aucun peuple n'est le pur descendant des peuples antiques. Les Allemands aussi sont le produit d'un mélange. Ils sont à juste titre fiers de leur culture. Etrange vision de l'Europe que celle qui lie un problème financier à une pureté raciale. Les Grecs ne sont pas les descendants en ligne directe de Platon et c'est pour cela qu'on les a acceptés à tort dans l'Europe ? Mais avec de tels procédés, qui serait Européen ? Qui mériterait de rentrer dans l'Europe de Die Welt ?

Vieille théorie des Conservateurs allemands

En réalité, Die Welt reprend une vieille idée allemande développée par le tyrolien Jakob Philipp Fallmerayer qui a développé dans la première partie du 19ème siècle, au temps du bel ordre européen, la théorie que les anciens Grecs avaient été « chassés » d'Europe et que les Grecs modernes n'étaient que des Slaves, ce qui pour lui était une malédiction. « Pas le moindre goutte de sang grec non dilué ne coule dans les veines de la population chrétienne d'aujourd'hui en Grèce », écrivait-il. Fallmerayer était alors la coqueluche des Conservateurs allemands qui ne comprenaient guère ce petit peuple turbulent qui ne voulait pas de son roi bavarois (au reste fort dépensier) et qui a fini par le chasser.

Die Welt remet cette théorie racialiste au goût du jour (« pas une goutte de sang non dilué » à mettre en rapport avec le « mélange » de Die Welt qui utilise le terme décadent de « Byzantin » plutôt que celui de «Grec »). S'il est une preuve de l'échec cuisant de la gestion de la crise aujourd'hui en Europe, c'est bien celui de pouvoir lire à nouveau de tels textes. Car un peu partout en Europe, dans la belle ambiance de tolérance et d'humanisme qui caractérise notre époque apparaît la haine du Grec, comme si le Grec était le seul peuple que l'on pouvait détester sans crainte...

10:00 Écrit par Le Photoneur dans Lu dans la presse | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |